vendredi 2 février 2018

A l'écoute des arbres et du vivant.


Cèdre immense!
Magnifique cèdre, un grand ami


L’une des raisons de notre association et des stages que l’on y propose est de faire bouger les consciences. Les nôtres bougent avec ces échanges aussi, merci encore à tous nos anciens stagiaires.
Dans cet «article» nous avons décidé de partager divers documentaires qui vont dans ce sens et de vous raconter une petite histoire pour illustrer cela. Le genre d’histoire que l’on se raconte au coin du feu, avant d’aller passer une nuit au cœur d’une belle forêt.


Il était une fois...

Habitant un petit appart à la frontière entre Villefranche-sur-Saône et Gleizé dans le Rhône, j’allais souvent m’aérer dans un beau parc situé derrière. J’avais une vingtaine d’années et je venais d’avoir un pneumothorax, le genre d’aventure qui peut vous changer le regard sur la vie et ce qui vous entoure. Dans ce parc il y avait sur les hauteurs un groupement de cèdres, et je passais régulièrement les voir, lire un livre à la base de leur tronc, observer leurs nombreux habitants, de l’écureuil intrépide au micro travail des différents insectes. Et je les observais eux aussi, ces géants, regroupés comme une famille sur cette petite colline. Ils étaient là, tout le temps, qu’il vente qu’il pleuve ou en plein cagnard d’été. Moi, je pouvais rentrer me mettre à l’abri, eux ont choisi une vie enracinée à apprécier toujours le même « paysage » (microclimat ?).

Ayant fini ma formation de paysagiste l’année précédente, je gardais cet œil du professionnel qui voit comment le parc est agencé, comment les végétaux vivent entre eux, mais mes soucis de santé avaient rajouté une couche, et pas des moindres, sur cette conscience du vivant que je cultive depuis tout petit.

Là, mes yeux, mes sens se posaient non plus sur des plantes que l’on agence pour former un espace harmonieux, mais sur du vivant, des êtres vivants. Bien plus qu’une «plante» qui produit de la matière ou une usine à oxygène, je commençais à les voir avec un autre regard, bien-sûr j’observais comme on me l’avait appris comment l’arbre avait poussé, quel accident il avait subi, comment il s’était adapté, ce qu’il aurait pu devenir… Mais j’observais surtout des caractères différents. Pour une même espèce, plantée au même endroit, certes avec un microclimat sensiblement le même, l’ensoleillement (et sûrement d’autres facteurs) était légèrement différent, mais ils avaient chacun une approche bien différente et propre d’occuper l’espace, de grandir, de vivre ensemble plantés si proches les uns des autres, de s'adapter.


Morihei ueshiba fondateur de l'Aïkido
Morihei Ueshiba, fondateur de l'Aïkido
A cette même époque je pratiquais l’aïkido et le iaido, divers rencontres (mes différents enseignants et lors de nombreux stages) m’avaient ouvert à l’écoute des tissus vivants par le toucher.
Avec ces magnifiques cèdres mes mains ont commencé à les écouter, écouter leurs tissus, chose que je redécouvris des années plus tard avec la Fasciapulsologie. Là, quelle merveille de sentir ces arbres, ces êtres bien vivants avec leur nature propre…
C’est un peu ce que l’on retrouve dans les documentaires que l’on vous partage ici, à la différence qu’aujourd’hui beaucoup de choses sont, enfin, démontrées et acceptées par le monde scientifique. Il y a vingt ans, on m’aurait traité de «doux dingue» pour reprendre les propos de Bruno Moulia.



Pour ne citer aussi que Ernst Zürcher parmis tant d’autres, tous ces savoirs et bien d’autres choses sont transmis depuis des millénaires et aujourd’hui on redécouvre moult choses à travers le vivant, c’est ce que fait notamment Émilie dans l'association avec ses recherches sur les peuples de l’Altaï, berceau du chamanisme.
C’est aussi ce que nous proposons, une approche différente du vivant lors des immersions. Il y a tellement de chose à découvrir ou à redécouvrir... c'est essentiel de retisser ce lien en nous et autour de nous, avec le vivant.


Voici  deux documentaires sur ces êtres étonnants que sont les arbres :

_Le secret des arbres (France2)

_Ernst Zürcher, télérama reportage


Pour les lecteurs:

_Les arbres, entre visible et invisible de Ernst Zürcher chez Acte Sud

_La vie secrète des arbres de Peter Wohlleben chez Les arènes


Bonnes balades... en forêt ;o)